Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Rester connecté

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Le panier est vide

Impress 3D devient un projet 100% participatif.

Devenez un membre actif en proposant vos idées, en débattant des différents projets ou en votant les décisions concernant Impress 3D.

Pour tout cela rendez-vous dans l'espace dédié sur le Projet de plateforme collaborative du forum.

Nous avons déjà évoqué les côtés « ludiques » de l’impression 3D : impression de bijoux, d’objets de la vie quotidienne, de chocolats et de bonbons… mais, bien au-delà de ces « fantaisies », cette nouvelle technologie révolutionne la médecine et a déjà permis de grandes avancées. Impress 3D fait un petit zoom sur l'impression en 3D du cœur d'un bébé et d'une vertèbre d'enfant !

vertèbre imprimée en 3dEn août, un jeune chinois de 12 ans, souffrant d’un cancer des os, a ainsi pu bénéficier de la première greffe d’une vertèbre reconstituée en poudre titane grâce à une impression 3D. Cette vertèbre est une parfaite réplique de celle d’origine et s’est donc parfaitement imbriquée dans la colonne de l’enfant. Inutile donc d’utiliser les vis qui auraient pu entraîner des complications. Le temps de récupération du patient sera ainsi plus rapide. En outre, les spécialistes ont prévu des espaces dans la pièce en titane qui permettront à l’os de se reconstituer.

La chirurgie orthopédique peut donc dire merci à l’impression 3D, mais c’est la médecine en général qui en profite.

L’impression 3D permet notamment aux étudiants, comme aux grands spécialistes, d’apprendre et de s’entraîner en vue d’opérations délicates sur des reconstitutions parfaites d’organes.

coeur imprimé en 3dAinsi en février dernier, aux États-Unis, un bébé de 14 mois a pu se faire opérer brillamment et sans complications d’une quadruple malformation cardiaque. L’opération était très risquée et délicate. Les IRM ou échographies alors réalisés n’étaient pas d’assez bonnes qualités pour aider les spécialistes à définir leur approche. Le cœur a donc été reconstitué à l’identique en 3D. Les cardiologues ont donc pu préparer cette opération dans les meilleures conditions, visualiser les points délicats et définir, avant même que le patient ne soit sur la table d’opération, leur manière de procéder. L’opération était donc moins risquée, mieux préparée et beaucoup moins longue.

Les perspectives pour les années à venir sont grandes et l'utilisation de l'impression 3D par la médecine n’a donc sûrement pas fini de nous étonner.

Connectez-vous pour commenter
Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to Twitter

Suivez les nouveautés du site Impress 3D !